L'inquiétant désengagement moral et politique du peuple français

La France devient un peuple de techniciens qui désertent les sciences morales et politiques, la fidélité familiale aussi, au point qu'il devient de plus en plus difficile de trouver des assesseurs bénévoles dans les 45 000 bureaux de vote en France. Le problème n'est plus l'extrémisme, mais davantage l'inculture, la lâcheté, la désertion généralisées, dans une société atomisée : "il y a de quoi s'inquiéter pour l'avenir de la démocratie" (Léonore Moncond'huy, maire de Poitiers).

Le déficit de professionnels sérieux, et aussi d'amateurs engagés, dans les champs des sciences morales et politiques, est une toile de fond sombre qui est préoccupante : il faut dire que l'acharnement de la droite, puis de la gauche, à éloigner le droit familial du droit naturel, et l'Eglise n'a pas non plus été assez rigoureuse en la matière, ne pouvait que mener année après année à "l'éclatement des familles" (Martine Aubry), à un délitement à hauts risques.

De ce point de vue, rien ne sert de jeter la pierre aux uns ou aux autres : la priorité absolue est le recentrage sociétal sur "les valeurs éternelles" (Jacques Delors), sans ostraciser personne, ni en France, ni ailleurs, en responsabilité. C'est pourquoi nous coopèrerons, dans tous les scénarios, car il n'y a pas de four crématoire en 2024 et les ressources sont limitées partout, les risques du vide non négligeables.

Connectez-vous pour participer

Réponses récentes