Les pilotes de la convention

Participez à la visioconférence de lancement de la convention mercredi 19 avril à 20H

Publiez vos idées,
votez pour celles des autres

Retrouver le foot

Retrouver le peuple, retrouver le foot Thibaut Fouet, Calvados(14) Introduction 25 Juin 2022, Arthur Delaporte, député socialiste du Calvados, et Sarah Kerrich, ambassadrice de la Convention “Retrouver le peuple” lancée en juin dernier par le Parti Socialiste, sont à l’affiche du JT Sport de France 3. Ils n’ont pas fait les championnats du monde, ni remporté le tournoi local de ping pong. Pourtant, les voici à la télé, entre un reportage sur le canoë kayak et les dernières infos mercato du SM Caen, en train de jouer au foot… et de faire de la politique ! Le 25 juin 2022, en effet, la Fédération du Parti Socialiste du Calvados organise un tournoi de foot-politique, mixte, et gratuit. Le principe ? Inviter les habitants du quartier populaire du Chemin Vert (Caen) à venir jouer au foot avec des élus et des militants politiques. Entre les matchs, la politique entre sur le terrain : Neymar mérite t-il son salaire ? Fallait-il boycotter la dernière coupe du monde au Qatar ? Quel foot voulons-nous ? La pelouse devient une agora, et permet aux habitants et élus rassemblés, de faire équipe pour repenser les règles de la vie collective. “Suite à de nombreuses défaites dans les urnes, le Parti Socialiste a décidé de retourner sur le terrain…au sens propre du terme” commente la voix off du journal. Il était en effet temps de mouiller le maillot : plus de la moitié des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes lors des dernières élections législatives : 71% des 18-24 ans et 66% des 25-34 ans n'ont pas voté au 1er tour. Selon l’IFOP, l'abstention atteint 67% chez les ouvriers et 64% chez les employés, contre 59% chez les professions intermédiaires et 54% chez les cadres. Le RN, lui, conserve une forte assise populaire en remportant largement le vote des ouvriers (45%), et des électeurs qui se déclarent d'un milieu social "défavorisé" (31%). On peut donc se réjouir de voir Sarah Kerrich, Secrétaire nationale à la lutte contre l’extrême droite au Parti de la rose, se prêter au jeu, et ainsi, selon ses mots, “briser les barrières entre les élus et les jeunes, pour leur montrer que la politique est partout, et qu’elle appartient à tous”. Briser cette glace qui sépare les classes populaires des représentants politiques est , dans ce contexte, une absolue nécessité. “Comment s’identifier à des partis dont les représentants appartiennent tous à la bourgeoisie intellectuelle, et parlent un langage technocratique qui ne désigne les réalités sociales et économiques vécues qu’en recourant à des données et des catégories statistiques?” interroge le sociologue Cyril Lemieux. Le jeu permet justement d’éviter cet écueil, et de sortir du discours misérabiliste et de victimisation. “Comment en effet les rappels nostalgiques concernant la dignité ouvrière perdue, qu’il s’agirait de reconquérir (...) et comment la victimisation à tous crins de la condition populaire pourrait elle séduire celles et ceux qui refusent de se définir par les seuls rapports de domination qu’ils subissent” . Le prisme du football permettrait à la gauche de retrouver un discours concret et populaire, où les citoyens, comme les élus, ont voix au chapitre. Il est urgent de faire entrer les classes populaires sur le terrain de la vie politique et démocratique de notre pays. C’est à partir de cette expérience d’un tournoi de foot-politique de quartier que cette contribution est née. Après avoir démontré la dimension politique du football, elle dénonce les fossoyeurs de l’esprit du jeu, et la disparition progressive des tribunes populaires, pour souligner ensuite que si le marché et la corruption des instances menacent le foot. Fort heureusement, nous pouvons compter sur les supporters et sur ce sport pour entrer en résistance. En s’appuyant sur lui, et par l'exercice de notre volonté collective et populaire, nous pouvons changer le foot et, par là même, influencer l’ensemble de la société. Il faut pour cela, accepter de mêler la politique au football et le football à la politique, et nous permettre de définir, ensemble, les contours du foot et de la démocratie de demain. https://docs.google.com/document/d/1mHaZa8zadg3TUKkDXqDHogJH0RfMAen6t3fOUMMzGOY/edit?usp=sharing

Paris-Bruxelles-New York : socialisme populaire, autonomie stratégique et jeu collectif

Après des commentaires hasardeux et désagréables du Quai d'Orsay et du Medef sur la nomination banale d'une Américaine à Bruxelles, appelée à y professionnaliser la réglementation des télécommunications, sur la base de l'expérience du monopole naturel de fait aux USA, https://www.lefigaro.fr/international/ue-macron-dubitatif-apres-la-nomination-de-l-americaine-fiona-scott-morton-20230718, M. Emmanuel Macron, président de la République, s'est dit dubitatif, en posant, lui, de bonnes questions. «Si nous n'avons aucun chercheur européen de ce niveau pour être recruté par la Commission, ça veut dire que nous avons un très grand problème avec tous les systèmes académiques européens. Les Etats-Unis et la Chine ne nomment pas des Européens au cœur de leurs décisions. Je pense que les Européens ont besoin de développer des compétences européennes, d'avoir une autonomie stratégique, il faut avoir une autonomie de pensée». Il lui manque des données visiblement. Explications. D'abord, la Chine n'a rien à voir avec le sujet : c'est un pays capable de copier et de fabriquer, mais la capacité décisionnelle d'un pays totalitaire et non évangélisé est nulle. Ensuite, il est vrai que si personne n'avait une autonomie de pensée en Occident, il y aurait de quoi avoir peur : la mémoire de l'histoire enseigne que la nature a horreur du vide. Sur la capacité du synode sur la synodalité, du multipartisme, des systèmes académiques européens à éduquer, cadrer et former en nombre des personnes dotées d'une vision, d'une autonomie stratégique, il y a un très grand problème, c'est vrai, ouvrons les yeux, même si nous ne sommes plus dans la déloyauté des années 1919-1940. Qui a la meilleure vue d'ensemble de la complexité systémique, Fiona Scott Morton, Emmanuel Macron, vous ou moi ? Quoi qu'il en soit, nul ne détient toutes les clés et les silos, les lignes Maginot, c'est terminé : cloisonner l'Europe et l'Amérique du Nord, avec ou sans Brexit, serait de la folie, à l'orée du troisième millénaire, inaugurant l'ère de la globalisation : il est temps de "jouer collectif" (Martine Aubry, maire socialiste de Lille)

Le Parti Socialiste, changer enfin la vie des classes populaires

Redonner espoir aux classes populaires de voter pour le Parti Socialiste et d’éradiquer enfin les inégalités de destin, les inégalités sociales En préambule 1 - Cette réflexion de Pierre Mauroy, qui a été oubliée ensuite, dans une interview accordée au « Parisien » - « Aujourd’hui en France », le 5 avril 2002 : « Il faut utiliser les mots de travailleurs, d’ouvriers ou d’employés : ce ne sont pas des gros mots ! La classe ouvrière existe toujours. Pour le premier tour, et le second, il faut donc des gestes à l’égard du mouvement populaire ». Carrément à l’opposé de l’électorat proposé par Terra Nova au Parti Socialiste, Pierre MAUROY lui raisonnait en classes sociales et il avait raison. 2 – Cette citation de Léon Blum « Pour être socialiste » "On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « Bah ! c’est l'ordre des choses ; il en a toujours été ainsi, et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce soi-disant ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d’égalité, de solidarité qui vit en nous." Une population est toujours très courtisée lors de la présidentielle par tous les candidats : les classes populaires, français et françaises de toutes origines et qui sont pratiquement délaissées pendant le mandat présidentiel. Cette population vivant aussi bien en ville qu’à la campagne, confrontée sans cesse au mur de l’argent, connaissant le mal de vivre de génération en génération, subissant sans cesse les injustices de la vie, ne possédant pas ou peu un patrimoine financier ou immobilier, ni un héritage en vue ou un réseau de relations pour entrevoir un avenir plus radieux pour eux et leurs enfants et comme le chante si fortement Jean FERRAT dans sa chanson « Ma France : celle qui ne possède en or que ses nuits blanches », doit croire à nouveau au Parti Socialiste pour changer leur vie. Les classes populaires sont aussi capables d’analyse, avoir l’esprit de synthèse et être source de propositions. Une population souffrant du mépris social des médias (combien de représentants de gens peu diplômés, peu qualifiés sur les plateaux de télévision si nombreux aujourd’hui sauf sur un fait particulier ?). Pour rappel, les ouvriers et les employés représentent environ 60% du nombre de salariés de notre pays, sans compter les chômeurs, les retraités issus des classes populaires et les divers allocataires issus de ce milieu, la jeunesse populaire et en n’ignorant pas aussi les autodidactes provenant de cette catégorie sociale. Les classes populaires ne votent pas pour un gouvernement de gauche pour avoir comme résultats : le chômage, un pouvoir d’achat en baisse, la CMU, les restos du cœur, l’emploi précaire ou le RMI/RSA mais pour vivre dans la dignité et le respect, pouvoir s’élever intellectuellement, professionnellement, culturellement et financièrement, avoir la perspective d’évoluer socialement pour eux et leurs enfants dans la société, exercer un emploi décent, se soigner, vieillir correctement. Un gouvernement de gauche animé par un(e) président(e) issu(e) du Parti Socialiste ne devra pas se contenter de la gestion de la mixité sociale (une cité HLM au milieu d’un quartier bourgeois ou quelques bons élèves venant des quartiers défavorisés admis dans les grandes écoles) mais de mener une véritable politique ambitieuse de promotion sociale des classes populaires sur l’ensemble du territoire de la métropole et d’Outre-Mer. 5 sujets à aborder : 1 – La question du chômage 2 - La jeunesse de milieu populaire ou de condition modeste des quartiers populaires, des cités HLM et des villages. 3 – Les habitants des cités HLM 4 - Une proposition face à l’abstention et au vote des classes populaires pour l’extrême droite. 5 - L’école de formation du Parti Socialiste enfin l’égalité réelle des chances pour les militants issus de milieu populaire de jeunes à seniors. 1 – La question du chômage, la première inégalité de toutes les inégalités pour les classes populaires. Le chômage, l’emploi précaire, le travail inintéressant exercé par défaut sont pour les classes populaires, pour qui le terme conscience professionnelle a une grande valeur, une véritable humiliation, un mépris, une déconsidération de soi, intolérables et insupportables. Que peut espérer un enfant pour le futur en naissant, pendant son enfance et sa jeunesse si ces parents sont au chômage ou exercent un emploi précaire ? Vis-à-vis des classes populaires, notre Parti doit se poser cette question primordiale pour ces citoyens : « Quel avenir professionnel durable pour ces citoyens de toutes origines jeunes ou adultes, femmes ou hommes, de faible niveau scolaire avec sans ou peu de qualification suite aux fermetures d’entreprises et d’usines, aux licenciements boursiers, aux délocalisations, au toujours plus de profits des gros actionnaires, à l’informatisation/robotisation/automatisation des emplois qu’ils auraient pu occuper, Sont-ils condamnés à être toute leur vie des RSA/RMI, employés précaires ou à temps partiel, employés CESU, chiffonniers, salariés pauvres, allocataires de minima sociaux, chômeurs,délinquants ou finir leur vie comme SDF ? » Cette question de l’emploi décent, mieux travailler et la retraite devra être la priorité première du programme de notre candidat(e) avec ensuite l’éducation/instruction, le logement et la santé Ce chômage qui engendre inégalités, exploitation, individualisme, violence, racisme, dépression, pauvreté doit être combattu avec tous les moyens que l’Etat possède Ce chômage qui creuse les divers déficits (caisses de retraite, sécurité sociale, le budget de la Nation…). Notre Parti doit devenir sur ce sujet si important le leader au sein du Parti Socialiste Européen et de l’Internationale Socialiste. Il faut revoir le système économique actuel et qu’il soit enfin dans l’intérêt des hommes et des femmes avec un partage équitable des richesses produites dans le respect de l’environnement et de la coopération entre tous les pays du monde en se montrant solidaire avec ceux qui sont pauvres. Et donc comment remettre en cause ce capitalisme financier avec son arme le libéralisme qui est n’est qu’au service d’une minorité de privilégiés ? 2 - La jeunesse de milieu populaire ou de condition modeste des quartiers populaires, des cités HLM et des villages. L’avenir de cette jeunesse ne peut pas être, ne doit pas être l’échec scolaire , le chômage, l’ennui, la solitude, ,la drogue, l’alcoolisme, les difficultés de se soigner et avoir un logement, devenir pour certains délinquants. Notre Parti doit pouvoir proposer à cette jeunesse de parents ouvriers, employés, salariés précaires, chômeurs ou en invalidité un véritable espoir dans l’avenir et de faire confiance au socialisme démocratique pour changer leur vie. L’encadrement associatif avec leur participation est une réponse au mal être de la jeunesse populaire. Nous devons construire un projet ambitieux digne de Léo Lagrange ce grand Homme du Front Populaire, avec les associations de mouvement d’éducation populaire, des fédérations sportives, les associations d’insertion des jeunes, les associations de prévention contre la toxicomanie, etc … 3 – Les habitants des cités HLM Organiser une conférence nationale avec les associations de locataires. Notre Parti doit écouter les habitants des « HLM » , et trouver les réponses réalistes et concrètes à leur mal de vivre : les habitants souffrant de diverses discriminations, des immeubles mal entretenus, les problèmes d’ascenseurs et de nettoyage, le bruit, l’ennui des jeunes, la pauvreté, les difficultés pour leurs enfants d’avoir un appartement, les soucis avec les locataires souffrant de troubles du comportement que l’Etat abandonne, problème identitaire pour un certain nombre de citoyens, la délinquance, la drogue ce fléau qui cause tant de soucis aux habitants et à leurs enfants, les services publics se réduisant, l’insécurité, une protection sociale de plus en plus menacée, les difficultés de transport, le droit à la culture/aux loisirs et au sport, ne pas pouvoir se soigner correctement, l’emploi qui diminue pour ceux qui n’ont pas ou peu de qualification ou sont en situation d’échec scolaire ……. Un audit de chaque quartier sera réalisé avec les associations et diverses institutions sans ignorer la participation des habitants qui y vivent. Un plan adapté à chaque quartier sous l’autorité d’un sous-préfet sera mis ensuite en place avec les moyens financiers, humains et matériels avec un comité de suivi dont les habitants composeront le tiers de celui-ci. 4 - Une proposition face à l’abstention et au vote des classes populaires pour l’extrême droite. Nombre de citoyens de milieu populaire vivant en cités HLM, en zones rurales ou dans les quartiers populaires votent pour l‘extrême droite ou s’abstiennent par désespérance sociale causée par le chômage, la délinquance, l’environnement de vie ne permettant pas d’être heureux, l’insécurité, la pauvreté, le problème des transports, un avenir sans espoir, pouvoir se soigner et leurs enfants qui s’ennuient avec en plus la crainte de la drogue. Nous devons retrouver ces électeurs. Je propose à notre Parti de créer une commission composée de 3 tiers* qui pourrait être nommée "Analyse, réflexions et propositions face à l'abstention ou le vote pour le l’extrême droite des citoyens de milieu populaire". Cette commission permettra d’apporter des propositions réalistes et crédibles au projet du Parti Socialiste qui pourront changer concrètement la vie de ces citoyens et citoyennes de milieu social défavorisé de génération en génération bien souvent. Les 3 tiers* : - le premier : les élus socialistes - le deuxième : des experts (sociologues, politologues…), des représentants des associations de locataires et caritatives ainsi que du Mouvement d'Education Populaire. - le troisième : des militants du PS issus de milieu populaire. 5 - L’école de formation du Parti Socialiste enfin l’égalité réelle des chances pour les militants issus de milieu populaire de jeunes à seniors. Cette école de formation du Parti devra accueillir avec un effort particulier ces militants employés, ouvriers, autodidactes. Le Parti Socialiste doit s’ouvrir concrètement aux militants qui n’ont pu suivre des études pour diverses raisons dues aux inégalités de destin. Elle permettra enfin aux militants volontaires issus de classes populaires d’accéder après une formation adaptée à un poste à la Direction Nationale de notre Parti ou de pouvoir se présenter à une élection nationale ou européenne. Nous socialistes aurons réalisé ainsi cet équilibre sociologique politique représentant l’ensemble des couches sociales de notre pays au sein d’un parti politique. Notre Parti a cette chance d’avoir parmi ses militants des enseignants, des universitaires, des historiens, des économistes, des spécialistes sur divers thèmes qui pourront dispenser, animer des formations permettant aux stagiaires d’acquérir les connaissances en économie, aux affaires étrangères, la finance, la justice, les diverses institutions, l’histoire du Parti Socialiste, les objectifs du Socialisme Démocratique, le rôle du PSE et de l’Internationale Socialiste,… savoir rédiger un tract et connaître les techniques de communication orale. Cette institution mettra en valeur notre concept de la formation tout au long de la vie et de réaliser, d’appliquer l’égalité réelle des chances politiques à l’attention des militants de toutes origines sociales avec un plus à l’attention de ceux peu diplômés. Cette promotion sociale de ces militants reflète une des valeurs du Socialisme Démocratique qu’est la justice sociale et la réparation enfin de cette inégalité. Le Parti Communiste Français avait à une période des députés issus du monde ouvrier et parfois de celui des employés. Le MJS doit aussi s'ouvrir vers l'autre jeunesse, celle qui n'est pas universitaire et peu diplôme, celle des quartiers populaires, la jeunesse populaire rurale, les jeunes des lycées professionnels, les jeunes travailleurs, la jeunesse en apprentissage . Cette autre jeunesse populaire souvent oubliée dans nos discours sauf un évènement particulier. Le MJS ne doit pas être composé pratiquement d’étudiants. Changer la vie des quartiers populaires, des classes populaires doit être un des chantiers prioritaires du Parti Socialiste. Le mal de vivre des classes populaires et donc la discrimination sociale prise dans sa globalité, pour tous socialistes, doit être un thème aussi valorisant, enrichissant intellectuellement que ceux de la recherche, la finance, la culture, l’économie, la liberté, la justice, les institutions, les diverses discriminations ou les affaires étrangères. Le Socialisme Démocratique a pour valeur le partage des richesses, le partage du savoir mais aussi le partage du pouvoir avec les citoyens, citoyennes de milieu social défavorisé. Le Parti Socialiste ne doit plus être un parti élitiste au niveau des élus municipaux, des députés, des sénateurs, conseillers régionaux,….. Citations : Un élément important du programme du Conseil National de la résistance qui corrobore ce texte à l’attention de la jeunesse populaire : « La possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l'instruction et d'accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires ». Une phrase de Léo Lagrange qui sent si bon le socialisme démocratique: « L’une des fonctions du socialisme c’est non seulement satisfaire les besoins matériels, mais de retrouver le sens du bonheur ». « Les politiques économiques libérales sont fondées sur l’acceptation d’une société à deux vitesses, de ce que l’on appelle une société « duale ». Il y a ceux qui peuvent suivre le rythme, ceux qui peuvent faire face à la mutation, et les autres, les laissés-pour-compte. C’est cette vision d’une société à deux vitesses que nous refusons. » Pierre Mauroy « Mais la solidarité n’est pas seulement affaire d’argent. L’inégalité en France n’existe pas seulement entre ceux qui ont tout – et parfois plus encore – et ceux qui n’ont rien. Elle est flagrante aussi entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. Entre ceux qui peuvent conduire le cours de leur vie et ceux à qui on ne demande jamais ce qu’ils veulent, ni même ce qu’ils pensent. Entre ceux qui élisent leur domicile et ceux qui sont assignés à résidence. Entre ceux qui commandent sans expliquer et ceux qu’on commande sans les écouter. » Pierre Mauroy Claude BOUCHAFA – Un socialiste à Equihen-Plage

MON MASTER, PARCOURSUP,… MOINS DE SÉLECTION, PLUS DE PLACES À LA FAC !

Ceci est un billet du POING SOCIAL - Courant des jeunes socialistes ! Nous pensons que le PS peut s'en inspirer. La plateforme MonMaster a mal débuté sa première année. 173 000 d’étudiant·e·s qui demandent un master se retrouveront soit accepté·e·s, soit exclu·e·s du système universitaire au profit d’écoles privées et de banques qui, grâce aux Masteres (et non Masters), s’enrichissent considérablement en imposant des frais exorbitant·e·s. Au lieu d’investir dans l’enseignement public et de considérer les avantages de l’accès aux études secondaires, les ministères regorgent d’idées visant à créer de nouvelles plateformes de tri et de classement des étudiant·e·s. L’accès à l’éducation est un droit fondamental qui ne devrait jamais être entravé. Tout jeune devrait avoir la possibilité de se former et de se développer, quelles que soient ses origines sociales. Néanmoins, depuis 5 ans, les gouvernements semblent négliger cette évidence en favorisant des méthodes axées sur la sélection et la compétition, au détriment de l’émencipation des jeunes. Même si nous n’avons que très peu d’espoir, il serait temps que le gouvernement adopte une approche ambitieuse plutôt que d’envoyer les jeunes effectuer des services militaires à peine voilés. Afin d’augmenter la capacité de nos universités et de rendre caduque le besoin même de sélection, nous devons mettre en place un plan d’urgence pour moderniser nos équipements et recruter davantage de professeurs, créer plus de places. Oui, les libéraux se trompent quand ils voient l’éducation comme une perte d’argent public. Investir dans l’éducation est un investissement dans l’avenir de notre société. L’accès aux études secondaires et à l’enseignement supérieur doit être possible pour toutes et tous, indépendamment de leurs origines sociales ou économiques. Il est impératif que le gouvernement prenne conscience de l’urgence de la situation et qu’il adopte des mesures appropriées. Il est enfin temps de réorienter les fonds vers des initiatives qui favorisent l’inclusion et la réussite de tous les étudiant·e·s. Comme pour Parcoursup, nous demandons la fermeture de MonMaster ainsi qu’un plan d’investissement à la hauteur des besoins du monde universitaire.

POUR LA CRÉATION D’UN MINISTÈRE DU TEMPS LIBRE ET DES VACANCES !

Ceci est un billet du POING SOCIAL - Courant des jeunes socialistes ! Nous pensons que le PS peut s'en inspirer. En visite à Marseille le 26 juin dernier, le président de la République a annoncé vouloir créer le débat sur les grandes vacances des écoliers, collégiens et lycéens. Ainsi, plutôt que de poser la question : comment occuper les enfants l’été, le chef de l’État se demande comment raccourcir les vacances. En bref, au lieu d’augmenter le nombre de congés payés des parents, on préfère raccourcir les congés des enfants. 46 % des Français-es ne partiront pas en vacances cet été. Un chiffre qui n’avait pas été atteint depuis 2012 et qui surtout,a augmenté de 10 points depuis 2019, ce qui doit nous interpeler sur notre capacité à permettre le repos à tous-tes. Bien évidemment, cela ne touche pas tous-tes les français-es. Ce sont avant tout les précaires qui trinquent. L’observatoire des inégalités chiffre à 63% le nombre de Français-es disposant d’un bas revenu qui ne partiront pas en vacances, contre 28% des hauts revenus. Ce chiffre n’est en rien une surprise étant donné que parmi les 46% des Français-es qui ne partiront pas en vacances cette année, la raison principale est celle du coût . Devant trouver des moyens pour s’occuper alors que les parents ne peuvent s’absenter du travail pendant 2 mois, les victimes collatérales sont avant tout les enfants. Notons quand même que souvent, les villes organisent des activités pour les jeunes durant l’été, avec cependant un grand manque de moyen qui limite les initiatives. Colonies de vacances organisée par l’Etat, 6e semaine de congé, création d’un ministère du temps libre et des vacances,… La vie est faite pour être vécue, alors plutôt que de réduire les vacances, organisons-les… Nous ne pouvons pas tolérer le fait que les pauvres restent chez eux l’été alors que les riches peuvent partir et profiter de vacances hors de prix. Pour remédier à la ségrégation sociale qui continue pendant les périodes estivales, nous devons poser la question des vacances, du temps libre, de la création d’un ministère pour les organiser et avant tout d’un service public des vacances. Seule réelle solution pour lutter contre les inégalités entre les périodes de production et d’apprentissange. Ce ministère serait chargé de mettre en place des mesures concrètes pour permettre à tous-tes les français-es de pouvoir profiter pleinement de cette période de repos et de loisirs. En lien avec l’Education Nationale, ce nouveau ministère aurait pour mission de développer des colonies de vacances étatiques accessibles à tous-tes dans un environnement sécurisé et stimulant où les enfants pourraient participer à des activités variées, culturelles, sportives et éducatives qu’ils ne pourraient pas faire au quotidien. Des animateurs qualifiés seraient présents pour encadrer les jeunes et veiller à leur bien-être. Permettant ainsi aux familles les plus modestes d’offrir à leurs enfants des vacances enrichissantes et mémorables. En outre, nous devons envisager l’instauration d’une 6e semaine de congé. Ce temps supplémentaire permettrait aux familles de profiter davantage du temps passé ensemble et de favoriser les activités de loisirs. Les parents pourraient ainsi planifier des sorties, des visites culturelles ou des moments de détente en famille, contribuant ainsi de renforcer les liens familiaux, de se reposer et de promouvoir le bien-être de chacun. Par ailleurs, en lien avec le ministère de la Culture nous devons garantir l’accessibilité financière de ces activités. Il est injuste que seules les familles aisées puissent se permettre des séjours dans des centres de vacances souvent fermé à la mixité sociale et très onéreux. Le ministère du temps libre et des vacances devrait également travailler en étroite collaboration avec les collectivités locales pour mettre en place des dispositifs abordables, voire gratuits afin de permettre à tous-tes les jeunes et les précaires de pouvoir participer. Enfin, en lien avec les ministères du Tourisme et des Transports, ce nouvel organe étatique aurait pour vocation d’organiser la gratuité des mobilités douces sur le territoire national et de travailler à des tarifs avantageux en Europe afin d’aider les Français-es aux revenus modestes à pouvoir changer d’air et dépasser des limites qui, jusqu’à maintenant, restaient infranchissables. Avec ce ministère, donnons nous les moyens de retrouver l’envie de partir à la conquête du temps libre. Plus qu’un droit à la fête, les jeunes socialistes doivent demander un droit au repos pour tous-tes !

Retrouvons les citoyens!

"Retrouver le peuple", la phrase dont on comprend bien le sens, me choque. Elle a un côté péjoratif, méprisant, condescendant. Elle donne cette désagreable impression qu il y a toujours le clergé, la noblesse et le tiers Etat...et Louis XIV aurait pu la prononcer...Elle suggère que d'un côté de la société il y aurait des élites vivant dans leur monde dans les étages, et au RDC le "peuple", généralement affublé de l adjectif "petit"... Cela est maladroit voire offensant de la part de notre parti politique, socialiste, humaniste. Les élites de notre parti se sentent- elles au dessus de ce peuple? Différentes de lui? Et sourdes-muettes? Non, cela ne le fait pas. Aussi je propose, dans le même sens, mais pas la même phraséologie: Retrouvons les citoyens! - un contact perdu? Il faut arreter de s adresser et ou de solliciter les citoyens uniquement 8jours avant un vote. Au contraire, organiser des rencontres, même houleuses, pour débattre, écouter, proposer. - privilégier des candidatures de gens de terrain, qui connaissent déjà (au moins un peu) la population du perimètre de vote. Eviter tous les parachutages, les recyclages, etc les citoyens ne sont pas des idiots. - arrêter de faire écrire les programmes surtout nationaux par des bobos, des agences de com, des intellos faisandés, vivant à des années lumiere du plancher des vaches, ou plutot des préoccupations premieres des citoyens - justement, se préoccuper de ces priorités citoyennes! Et proposer! Santé (yc prevention, déserts médicaux, proximité des urgences), les 3è et 4è parties de la vie, Hopital (arreter la tarification à l'acte, etc), Education (de la maternelle à la fac!) en finir avec parcoursup et rebooster l'égalité réelle des chances, Sécurité, Immigration/Intégration, Alimentation, Ecologie (mesurée, responsable et non punitive), Energie (transitions, choix, coûts, encadrement etc), Habiter un quartier populaire au XXIè siecle un défi ou un malheur? Comment un quartier est devenu un ghetto? La lutte contre les trafics, proteger les jeunes. La lutte contre toutes les violences faites aux femmes et l accompagnement dans les périodes vulnérables en désignant un réferent social (violences, divorces, etc) Renouer le lien entre la Republique et les citoyens, comment se sentir citoyen de mon pays, citoyen de l Europe, citoyen du monde et m'en faire l ambassadeur! Développer l enseignement des langues vivantes, Anglais notamment! L'accés à la Culture pour tous Politique intérieure et politique etrangère, politique économique, agricole, militaire, Etc etc C'est en s'adressant aux citoyen-nes en se rapprochant au maximum de leurs préoccupations et attentes que le dialogue se renouera, que l on retrouvera leur confiance! Cette confiance est un bien précieux, elle ne doit pas, plus, être abusée. Dans cette liste-non limitative- à la Prévert, il y a de quoi faire et dire et proposer! Non les citoyens ne sont pas des neuneus, auxquels s adresser avec condescendance, ils sont avertis, responsables, travaillent ou ont travaillé et paient leurs impots, certains dans des conditions trés difficiles, en France des gens ne mangent pas/plus à leur faim, ne se chauffent plus, ne se soignent plus, meurent aux urgences, tirent des bords chaque mois, CES CITOYENS doivent avoir tout notre respect et notre écoute, ils méritent de notre part des réponses appropriées! C est notre devoir!

L'impréparation culturelle des Français à la délibération sur les réformes législatives prioritaires

Pourquoi si peu de contributions déposées sur ce site unique de démocratie participative en France ? Et pourquoi tant de conformisme, dans nombre d'entre elles ? Soyons lucides : nos concitoyens n'y sont pas préparés et Jad Halwani l'exprime bien, en introduction d'une autre contribution ici: "plusieurs citoyens se sentent dépassés par la politique. Ils disent ne pas comprendre les évènements, ne pas se sentir compétents, et donc légitimes, à s'engager sur des questions complexes. Or, la politique n'est pas qu'une affaire d'experts, c'est l'affaire de tous !". Alors qu'elles sont les seules à pouvoir le faire, l'Eglise, les autres religions et spiritualités n'ont pas produit assez d'efforts d'éducation morale et populaire, ces dernières années et décennies, pour éclairer les personnes dans la construction de leurs référentiels de valeurs, sans parler ici de l'institut La Boétie de LFI, qui voit dans "le matérialisme historique", obsolète depuis près de deux siècles, l'alpha et l'oméga de l'interprétation du monde, à tel point qu'Etienne de La Boétie doit se retourner dans sa tombe. Il nous faudra aller plus loin que la loi séparatisme du 24 août 2021 sur le financement et le contrôle des associations confessionnelles, afin que celles-ci puissent aider davantage les Français à voir plus large, puis à s'engager en responsabilité dans le service de l'intérêt général. La social-démocratie se situe culturellement aux antipodes du repli et de la droitisation individualistes du moment : elle est fidèle aux valeurs sacrées et universalistes de la liberté, l'égalité, la fraternité ; elle sert la justice et la paix soutenables dans l'espace et le temps.

Comptage des contributions aux trois conventions, où en sommes-nous

Au 1er juillet 2023, il y a sur ce site de démocratie participative "conventions-socialistes.fr", le plus ouvert et le meilleur de France jusqu'à preuve du contraire , et la France a un besoin immense de démocratie participative (la première année du conseil national de la refondation est un naufrage), 65 contributions sur le socialisme populaire, 75 contributions sur notre continent européen ou occidental, 17 contributions sur la mixité. Le décrochage de ce dernier thème tient au discrédit du Parti Socialiste, en matière de droit naturel de la famille, sans besoin d'entrer ici dans les détails, non sans conséquences lourdes sur "l'éclatement des familles" (Martine Aubry) et la pauvreté massive des familles monoparentales. Laissons cela. Ajoutons qu'en l'état actuel du Parlement européen, l'enjeu des élections "européennes" de 2024 (une "Europe" sans les USA, ni le Canada, ni le Royaume-Uni, ni les Antilles, ni les Balkans, ni la Norvège, ni la Suisse) est négligeable, puisque les frontières extérieures de notre continent européen ou plutôt occidental ne sont pas formalisées : on reviendra bien sûr à la frontière ouest de l'ex-URSS de 1990 pour définir la frontière entre l'Occident et le continent russe. En bref, c'est bien cette convention sur le socialisme populaire qui est centrale. Prenons le temps de délibérer posément sur le droit de la nationalité, le droit de la laïcité, le droit familial, le droit de la fiscalité, la réglementation des monopoles naturels, le droit international, l'administration, l'enseignement, l'armée, l'aménagement du territoire, l'agriculture, la santé, l'énergie, le logement, la solidarité, "la culture" (Michaël Delafosse) : qui va piano va sano, "laisser du temps au temps" (François Mitterrand).