Les pilotes de la convention

Participez à la visioconférence de lancement de la convention mercredi 19 avril à 20H

Publiez vos idées,
votez pour celles des autres

Comptage des contributions aux trois conventions, où en sommes-nous

Au 1er juillet 2023, il y a sur ce site de démocratie participative "conventions-socialistes.fr", le plus ouvert et le meilleur de France jusqu'à preuve du contraire , et la France a un besoin immense de démocratie participative (la première année du conseil national de la refondation est un naufrage), 65 contributions sur le socialisme populaire, 75 contributions sur notre continent européen ou occidental, 17 contributions sur la mixité. Le décrochage de ce dernier thème tient au discrédit du Parti Socialiste, en matière de droit naturel de la famille, sans besoin d'entrer ici dans les détails, non sans conséquences lourdes sur "l'éclatement des familles" (Martine Aubry) et la pauvreté massive des familles monoparentales. Laissons cela. Ajoutons qu'en l'état actuel du Parlement européen, l'enjeu des élections "européennes" de 2024 (une "Europe" sans les USA, ni le Canada, ni le Royaume-Uni, ni les Antilles, ni les Balkans, ni la Norvège, ni la Suisse) est négligeable, puisque les frontières extérieures de notre continent européen ou plutôt occidental ne sont pas formalisées : on reviendra bien sûr à la frontière ouest de l'ex-URSS de 1990 pour définir la frontière entre l'Occident et le continent russe. En bref, c'est bien cette convention sur le socialisme populaire qui est centrale. Prenons le temps de délibérer posément sur le droit de la nationalité, le droit de la laïcité, le droit familial, le droit de la fiscalité, la réglementation des monopoles naturels, le droit international, l'administration, l'enseignement, l'armée, l'aménagement du territoire, l'agriculture, la santé, l'énergie, le logement, la solidarité, "la culture" (Michaël Delafosse) : qui va piano va sano, "laisser du temps au temps" (François Mitterrand).

« Ça s’écrit Eau, ça se lit Démocratie »

Édito : « Ça s’écrit Eau, ça se lit Démocratie ! » 02.06.2023 https://fondationdaniellemitterrand.org/ Comment opérer une rupture avec la vision utilitariste, extractiviste et anthropocentrée de l’eau qui nous mène droit dans le mur et provoque d’ores et déjà de nombreuses souffrances et ravages ? Voilà la question qui guide notre Fondation depuis les années 1990. Ni la Conférence sur l’eau de l’ONU, ni le plan Eau du président Macron ne se les sont posées. Pour faire face à la sécheresse ? construisons des bassines. Pour lutter contre le changement climatique ? construisons des véhicules électriques. Stop aux fausses solutions : opérons une rupture franche ! Seule une approche systémique et radicale de l’eau permettra de véritablement engager les métamorphoses nécessaires de nos politiques et imaginaires. Plutôt que de maintenir le système mortifère coûte que coûte, bifurquons. A partir de l’attention que nous portons à l’eau, il s’agit de (ré)inventer d’autres manières de vivre ensemble et de co-habiter nos territoires. Les batailles à mener sont politiques. Les mouvements citoyens partout dans le monde l’ont bien compris comme l’atteste le célèbre slogan militant « Ça s’écrit Eau, ça se lit Démocratie ». Certains s’organisent pour faire reconnaitre leur droit à l’eau et exigent leur pleine participation aux politiques des bassins versants. D’autres dénoncent la mainmise des intérêts privés sur l’eau et résistent face à des projets mettant en péril leur milieu de vie. D’autres imaginent des systèmes pour garantir les droits reconnus à des rivières, des glaciers ou des lacs. Le rôle que s’est fixé la Fondation ? Participer à ce grand mouvement, le soutenir, le mettre en lumière et le mettre en réseau. Nous sommes l’eau qui se défend ! ✊🏽🌹

"Seule la crédibilité est enthousiasmante" (Bernard Cazeneuve)

Bernard Cazeneuve et Emmanuel Macron ont en commun de devoir leur notoriété à François Hollande, c'est pourquoi ils sont plutôt bienveillants sur la période 2012-2017 (https://www.lefigaro.fr/politique/avec-bernard-cazeneuve-francois-hollande-a-enfin-trouve-un-avocat-pour-defendre-son-bilan-20230612). Qu'en est-il de ce bilan 2012-2017 ? Bernard Cazeneuve suggère de faire aussi le bilan d'autres périodes antérieures et postérieures, ce qui est raisonnable, mais cela ne répond pas à la question posée. D'abord, le philosophe Marcel Gauchet a sa part de vérité quand il constate que "François Hollande n'a rien fait pendant cinq ans, d'où l'impossibilité de se représenter". Ensuite, Bernard Cazeneuve fait bien de rappeler quelques succès ponctuels, parmi d'autres (l'intervention militaire au Mali, la réduction du nombre de régions, la dissociation des élections départementales et régionales en mars et décembre 2015), même s'il ne faut pas non plus passer sous silence l'allergie au droit naturel de la famille, aggravant "l'éclatement des familles" (Martine Aubry) et la misère massive des 20% de familles monoparentales, ou encore, des alliances terrifiantes dans le conflit syrien (2011-2016), heureusement réglé par la Russie et le processus d'Astana, avec le soutien spirituel du pape François, pendant que Jean-Yves Le Drian s'agitait ("j'ai fait le tour du monde quarante fois en dix ans"). Quoi qu'il en soit, l'essentiel est maintenant de se tourner vers l'avenir, de mettre de l'ordre : l'heure est au discernement des valeurs sacrées, à la définition responsable des frontières nationales et intercontinentales, à un contrôle des identités par les douanes nationales, à la consolidation prioritaire des infrastructures vitales du pays sur la base de la doctrine du monopole naturel, au retour de la souveraineté monétaire. "Que la libre circulation fonctionne entre Européens, pas de problème» Sébastien Chenu, député RN de Denain (Nord) : veut-il installer, de proche en proche, un chaos généralisé ? "Citoyenneté et nationalité sont indissociables" (Dominique de Villepin).

Bernard Cazeneuve 2027 - Discussions préliminaires

Près de 3000 socialistes étaient réunis le samedi 10 juin après-midi à Créteil par la direction collégiale du PS autour de Bernard Cazeneuve, notre candidat naturel en 2027 ("je suis un Mitterrandiste orthodoxe"). Il est expérimenté et fidèle ("j'ai gagné 11 élections sur 12 dans le département de la Manche"), sa personnalité désintéressée et opiniâtre est fiable. En même temps, il était flagrant à Créteil, comme sur ce site "conventions-socialistes.fr" autrement plus ouvert et interactif que le "conseil national de la refondation" si fuyant depuis des mois, qu'il y a beaucoup à faire pour élever, structurer le niveau des débats politiques et législatifs, au PS et dans le pays, dans un contexte de repli massif de nos concitoyens assez légers. "Le peuple n'est pas la foule, ni la meute" : Bernard Cazeneuve a parlé éducation et droit, comme Michaël Delafosse, venu de Montpellier, culture et laïcité, aux antipodes du populisme. Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin, a mentionné que les sujets qui n'étaient pas traités, à l'échelle nationale et internationale, retombaient en pluie fine dans la vie des collectivités locales : c'est une évidence ("des assyro-chaldéens demandent un lieu de culte pour leur liturgie araméenne, des Soudanais sont à Vaulx-en-Velin"). Ajoutons ici, même si cela n'a pas été dit, que rien ne sert de dénoncer les risques pétainistes qu'affiche le logo enflammé du RN, ou encore, de déplorer la pauvreté massive des familles monoparentales, si on ne fait pas l'effort de préparer un programme législatif qui soit loyal, crédible et non plus déréglé, destructeur de valeurs morales, politiques, environnementales et économiques. La nature a horreur du vide. En bref, la route de la normalisation sera longue, mais nous commençons enfin, ici ou là, à discuter sérieusement.

Lettre PS Lyon & JS Rhone

Camarades, Nous sommes très heureux du lancement de la convention dont vous assurez le pilotage, mais certaines prises de paroles et écrits nous inquiètent fortement. Nous avons décidé de faire une première contribution en cohérence avec nos attentes fortes. Nous sommes heureux car la convention pourrait permettre de mettre le Parti socialiste à sa place : un outil au service des Français.es de toute tranche d’imposition pour changer nos vies. Il est possible de discuter pour savoir si cela fut le cas dans un passé lointain, en revanche il est certain que ça ne l’était plus depuis 2012. Cette convention est donc une chance incroyable. Inquiets car le vocabulaire choisi culpabilise parfois les classes populaires, voire dans certains cas suinte le mépris social. Les tournures et le vocabulaire donnent l’impression que le PS est constitué de privilégiés. Nous n’avons pas de doute sur les motivations profondes des rédacteurs ou des intervenants, mais cette convention a pour objectif de transformer notre parti et donc d’être lue et entendue à l’extérieur. La forme doit donc aussi être irréprochable et la position sociale du narrateur non discriminante. • Le titre « Retrouvons le peuple » montre que les cadres du PS s’avouent déconnectés du peuple alors que nous, militants, ne nous sommes jamais désolidarisés du peuple. Nos salaires sont les mêmes, nos galères sont les mêmes : nous n’avons que notre travail ou nos allocations pour vivre. • Le titre est également pour le moins ambigu (choisir « Reconquérons le peuple » aurait carrément été une faute !), il pourrait suggérer que le peuple nous ait quittés… Il aurait été important d’affirmer dès le titre que le PS est indiscutablement responsable de la situation. • Autre exemple : La montée du vote RN n’est pas la responsabilité des classes populaires. Pour réussir cette convention, nous souhaitons que le fonctionnement de la convention remette les classes populaires à leur place dans notre parti, c’est-à-dire au pouvoir. • Constituer un comité de pilotage majoritairement populaire et divers (critères à définir). • Co-produire les questionnaires avec les militants. • Travailler sur la mise en place de la parité sociale comme règle centrale de l’organisation du Parti : dans les organes de décision comme parmi les cadres et les candidats / élus. Vous pouvez compter sur notre implication, notre motivation et notre exigence, car le Parti doit impérativement réussir cette convention. Cédric Fouilland, Secrétaire de section, Section Lyon 7 Rubens Froment, Animateur fédéral, JS Rhone