Les pilotes de la convention

Participez à la visioconférence de lancement de la convention mercredi 19 avril à 20H

Publiez vos idées,
votez pour celles des autres

L'hébergement d'urgence (Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis

"La précarité et l’exclusion sociale explosent. Actuellement, le logement en France craque de toutes parts. La saturation des services d’hébergement d’urgence se révèle en être l’une des manifestations les plus dramatiques. En Ile-de-France, les plateformes d’appels du 115 sont submergées, si bien que même les publics les plus fragiles, ordinairement prioritaires, ne peuvent plus être pris en charge.

Cette situation est intenable, avec un problème structurel : les disparités territoriales en matière de places d’hébergement sont énormes et injustifiables. Dans notre pays, onze départements concentrent 80 % de l’offre de nuitées hôtelières pour sans-abris, les trois-quarts se trouvant en Ile-de-France. Et la ville de Paris et la Seine-Saint-Denis concentrent à elles seules 69 % de l’offre d’hébergement d’urgence en Ile-de-France. Or l’hébergement d’urgence détermine l’ancrage à venir de ces populations vulnérables. Naturellement, les personnes hébergées souhaitent s’implanter sur leur territoire d’accueil. La pression exercée sur la demande de logement et l’ensemble des services publics en Seine-Saint-Denis n’en est que plus conséquente et la spécialisation sociale de notre territoire s’accroît. Cette logique de concentration de la pauvreté n’est bonne ni pour les personnes sans-abri, qui ne peuvent bénéficier d’un accompagnement à la hauteur de leurs besoins avec des services sociaux débordés, ni pour a mixité sociale qui est une richesse pour tous et toutes.

Cumuler des difficultés socio-économiques sur quelques territoires n’a aucune efficacité. Il y a donc urgence à réinstaurer de la solidarité nationale. En prend-t-on le chemin ? Le gouvernement se contente d’annoncer au niveau national un gel du nombre de places d’hébergement, ce qui demeure très préoccupant compte tenu de l’explosion des besoins. Alors que nous sommes en période hivernale, il est impératif d’inverser rapidement ce mouvement en rétablissant ces places avec une répartition équitable sur le territoire francilien. Dans la région la plus riche de France, il serait invraisemblable qu’une offre d’hébergement d’urgence digne et équilibrée ne puisse pas voir le jour.

Mais à plus long terme, je crains que nous ne puissions compter sur un alignement peu probable des bonnes volontés pour remettre de la solidarité entre les territoires. C’est pourquoi je plaide fortement pour l’adoption d’une loi de l’hébergement d’urgence. Elle permettrait de sanctionner les territoires les plus réfractaires qui sont en-dessous d’un quota à définir de places en hébergement d’urgence.

La puissance publique doit revenir au centre du jeu. Au même titre que l’éducation et la santé, l’accès au logement fait partie de ces biens et services si essentiels à la vie qu’ils doivent être sortis d’une logique purement marchande et spéculative. Plus que jamais résonnent ces mots de l’Abbé Pierre prononcés il y maintenant près de 70 ans : « gouverner, c’est d’abord loger son peuple »".

Extraits d'une tribune de Stéphane Troussel, président socialiste du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, dans le quotidien La Croix, 22/12/2023

Vœux présidentiels de nouvelle année 2024

"Quarante-et-un de nos concitoyens ont été victimes de l'attaque terroriste du 7 octobre en Israël. La perte de contrôle est crainte. Mais du contexte de crise, peut naître le meilleur. Libérer, protéger, unir : tel est le cap. J'en remercie la Première ministre et le gouvernement. Les premiers résultats de la stratégie du plein-emploi sont là, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Le réarmement économique finance le modèle social et nous investissons dans l'écologie, l'école, la santé. En une décennie, le budget des Armées aura été doublé. Nous continuerons à rétablir l'autorité. Luttons contre les passeurs et l'immigration clandestine. Agissons, dans l'intérêt de la nation. La France, c'est une culture, des valeurs universelles. Nous sommes déterminés à réarmer l'industrie. En 2027, nous aurons dix ans d'avance et non plus dix ans de retard comme en 2017. 2024, année de l'efficacité et des résultats. L'action n'est pas une option, mais un devoir. Les calculs électoraux, les arrangements personnels ne sont pas nôtres. Notre continent doit gagner en souveraineté, en fidélité à l'héritage de Jacques Delors. 2024, fierté de la reconstruction de Notre-Dame-de-Paris le 8 décembre 2024, comme promis, l'impossible accompli. Nous sommes une nation de compagnons, de bâtisseurs. Nous portons un espoir universel quand nous sommes fiers de nous-mêmes. Dans quelques mois, la francophonie sera accueillie à Villers-Cotterêts. La fête populaire et séculaire des Jeux Olympiques 2024 à Paris est aussi un engagement qui commencera demain. C'est une fois par génération que le destin de la génération suivante se joue. 2024, année de fierté et d'espérance. A nous de faire, de choisir, de tracer la route. L'expérience est que la volonté de quelques-uns abat les fatalités. Que la France puisse s'unir, agir et resplendir. Qu'elle soit digne de l'indéfinissable splendeur de ceux qui sont destinés aux grandes entreprises, parce que c'est nous".

M. Emmanuel Macron, président de la République Française

Quel dommage que le PS ait dû composer avec LR pour cette joint-venture LRM 2017-2027

Proposition contribution Convention Retrouvons le peuple section St Cloud // Garches

Nous vous faisons parvenir une synthèse de nos échanges autour de la Convention : Retrouvons le peuple ! Dans une période de changements intenses la société prise de vertige est mue par ses angoisses. En raison du ‘’passif’’ que représente pour nombre de nos concitoyens les 20 ans de gauche au pouvoir depuis 1981 nous devons affirmer des éléments programmatiques concrets qui prennent en compte leurs difficultés. Nous insistons sur des propositions claires affichant notre volonté de changement et sur leur faisabilité. Les leviers que nous identifions concernent • Une politique pour un travail digne et assurant un revenu décent • Une éducation qui n’assigne pas à l’origine sociale • Une démocratie permanente, approfondie visant à développer la confiance dans les institutions et entre les citoyennes et citoyens • Une refondation de l’impôt contrant la sécession des riches • La préservation de services publics accessibles à toutes et tous • Limiter les perdants et l’intensité des pertes liées à la transformation environnementale Reparler de la France aux Français avec confiance • L’extrême-droite ne parle pas à la France, elle assène ses obsessions en lui parlant mal, en la brutalisant • L’extrême-droite ne parle pas à l’intelligence des Français elle s’adresse à leurs angoisses • Elle ne leur parle pas de leur avenir mais les fait régresser vers un passé mythifié • Nous devons en tant que Parti de gauche reparler de leurs problèmes réels aux Français, de la position de la France dans le monde, expliquer les mutations complexes et positionner l’Europe comme levier • Et surtout réaffirmer que nous avons collectivement un avenir possible